Conclusions, Reflexions

“Je conviendrais bien volontiers que les femmes nous sont supérieures si cela pouvait les dissuader de se prétendre nos égales.” Sacha Guitry

Cette phrase décrit parfaitement l’état d’esprit dans lequel je me trouvais au début de ma carrière et l’immense incompréhension dont j’étais victime en tant que femme dans un milieu d’hommes.

Tout le monde le sait et l’a dit, en a discuté avec ses amis et tout le monde est d’accord : une femme ne peut s’imposer à un poste qu’en prouvant qu’elle est la meilleure et donc que tout le monde a eu raison de lui donner ces responsabilités.

 

Stop !

 

Cette opinion si largement répandue et discutée et amplifiée ne peut qu’empirer la situation du travail féminin.

Une femme est employée par une compagnie de construction, soit un milieu d’homme, en tant qu’ingénieur d’affaires, travail masculin s’il en est.

Avant même son premier jour de travail, depuis sa petite enfance, puis à l’école et encore à l’université, on lui a dit qu’elle va être mal accueillie – comment une femme à cette position ?? Qu’on va la tester – on va voir ce qu’elle vaut ! Et qu’elle n’a pas le droit à la moindre erreur – je le savais bien qu’une femme ne pouvait pas faire ce travail.

Toute gonflée de ce challenge qu’elle se doit de relever, voilà cette femme partie pour son premier jour, pleine de morgue et bien décidée à relever ce défi pour leur prouver à tous qu’elle est à la hauteur.

Résultat, toute marque de galanterie est interprétée comme autant de démonstration de supériorité, toute question ou test d’entrée est pris comme la manifestation d’un doute sur les capacités féminines. Et nous avons une femme normale qui, avec la meilleure volonté du monde, se retrouve dans une situation de paranoïa aiguë en état d’agressivité latente envers tout mâle qui ose ne pas reconnaître immédiatement les qualités indéniables de cette nouvelle employée.

Evidemment, les hommes qui attendaient ce comportement réagissent comme prévu et font ce qu’on attend d’eux, ils décident de ne pas faire de cadeaux à cette “madame je sais tout” et de ne surtout pas lui faciliter la vie et on va voir ce que l’on va voir.

Scénario catastrophe ? Peut-être. Peut-être que mon cas est unique et que toutes les autres femmes savent instinctivement s’intégrer dans ce milieu. Moi, je n’ai pas su le faire spontanément.

Quand je suis arrivée à Parme dans le centre de formation, j’étais bien décidée à en remontrer à tout le monde et c’est exactement ce que je fis. Je soulevais les outils comme tous les autres, je ne demandais jamais d’aide pour les révisions, je travaillais aussi longtemps qu’eux, je sortais et buvais comme tout participant qui se respecte. Mais je me sentais obligée d’en faire plus, je voulais prouver à tout instant que je pouvais trouver une solution aux problèmes les plus ardus.

Je cherchais à me faire accepter et respecter dans ce milieu bien que je sois une femme. Bien que.

A ce moment là, être une femme était pour moi un “bien que”. Un homme aurait dit : je suis un homme et j’y arrive, moi je disais : je suis une femme donc j’y arrive, tout en pensant j’y arrive bien que je sois une femme.

Il me fallait combattre mes démons personnels, ces années d’éducation pendant lesquelles la société m’a rabâché qu’une femme ne peut y arriver qu’en se battant plus qu’un homme. Combattre cet inconscient qui me disait, bien que je ne l’aurais jamais avoué, qu’une femme est forcément moins compétente qu’un homme puisqu’il lui fallait démontrer un tas de choses qu’un homme n’a jamais à prouver.

Cette attitude me valu surtout l’inimitié de la plupart de mes condisciples que je traduisais comme un refus de mon état de femme indépendante et capable.

Quelques années plus tard, Tom dira à mon mari : “Magali, c’était facile, si tu n’avais pas envie de faire quelque chose, il suffisait de lui dire qu’elle n’en était pas capable..”

Comme beaucoup de gens, je n’aime pas me sentir rejetée d’un groupe et cette expérience de Parme, sans être tout à fait traumatisante car nous avions vraiment trop de travail pour nous apitoyer sur nous même, me permit de faire un certain nombre de réflexions sur la situation d’une femme dans ma position.

 

Je me suis remise en cause en me disant qu’ils avaient très certainement tous tort mais peut-être y avait-il une possibilité minuscule et complètement improbable que le problème vienne de moi.

 

Quand je retournai au Nigeria, après cette période désagréable, je décidai de changer d’attitude et de m’imposer autrement. Après tout, on dit aux hommes depuis si longtemps qu’ils sont bien meilleurs que les femmes à ce genre de métier que les aborder de front n’est certainement pas la bonne méthode. Cela ne peut que créer un esprit de compétition qui n’est franchement pas nécessaire à la bonne marche des opérations.

La conclusion de mes réflexions fut qu’un homme accepte très bien qu’une femme soit intelligente, même éventuellement plus que lui, du moment qu’il ne doit pas se marier avec, mais il refuse toute concession quant à la force physique.

Pourtant les fragiles représentantes du sexe faible sont habituées à porter à bout de bras pendant plusieurs heures un poids d’une dizaine de kilos. C’est l’exploit quotidien que toute mère réalise sans obtenir de médaille.

Du jour de mon retour à Warri, je n’ai pratiquement plus jamais porté un outil, sauf évidemment urgence. Si je dois soulever un poids lourd, je me positionne correctement à coté, en adoptant la position de sécurité, jambes fléchies et buste droit, puis je fais un essai infructueux et j’appelle immédiatement à l’aide un homme qui passe par là et qui se précipite pour aider cette faible femme dans le besoin. L’ego de ces messieurs s’en retrouve tranquillisé et mon dos est préservé. Tout le monde y gagne et je fais maintenant partie intégrante d’une équipe.

Cette démarche peut sembler un peu exagérée, mais c’est l’étape que je devais franchir pour réussir à repositionner mes rapports avec les hommes. J’ai ensuite pu adopter une attitude plus modérée.

Quand je dois faire face à une situation délicate, je me demande évidemment ce qui a pu la provoquer. Je me dis que c’est l’âge, la nouveauté, mon fichu caractère ou les circonstances présentes et c’est seulement lorsque j’ai épuisé toutes les autres possibilités que j’accuse le sexisme. L’ultime test étant de se demander comment serait accueilli un homme qui aurait exactement le même caractère, âge et expérience que moi. Le résultat est souvent que l’homme serait confronté à la même situation.

J’ai été testée quand j’ai repris la base après la maladie soudaine du chef, c’est vrai qu’ils ont essayé d’évaluer mes limites, parce que je suis une femme ? Possible. Mais vous en connaissez beaucoup d’homme de vingt-cinq ans qui arrivent de nulle part pour diriger une base d’une centaine de personnes et dont l’autorité est acceptée d’emblée alors qu’il n’a aucune expérience du métier et qu’il doit diriger des professionnels qui ont le double de son âge ?

Donc, va-t-on me dire, vous essayez de nous faire croire qu’une femme qui travaille sur une plate-forme n’a pas plus de problèmes qu’un homme ? Non, je déclare qu’une femme sur un rig a la vie plus facile qu’un homme.

Le responsable du centre de formation avait raison, le comportement des hommes sur plate-forme change en présence d’une femme, mais pas comme il le pensait. Ils ne se mettent pas sur leur trente et un et ne se rasent pas quotidiennement pour honorer cette présence féminine qui arbore le même bleu de travail qu’eux, à part peut-être le premier jour. Ils deviennent des paons qui font la roue devant une femelle. Il y a donc surenchère des services que ces hommes sont prêts à me rendre.

Jamais je ne dois attendre pour avoir l’usage de la seule grue du rig. Le mécanicien est toujours volontaire pour venir réparer mes équipements, l’électricien pour connecter ma radio et le cuisinier pour mijoter des petits plats après les heures de repas. Cette affluence de services n’est pas donnée en l’attente d’une récompense quelconque à laquelle certains lecteurs pourraient penser en ce moment même, mais tout simplement car c’est un moyen de faire preuve de civilité et de galanterie envers la seule femme qu’ils aient l’occasion de côtoyer pendant un mois.

Il serait vraiment sacrilège de tout gâcher par une attitude féministe et égalitaire.

Le plus beau compliment que j’ai reçu pendant cette période vient d’un autre ingénieur qui me dit à la fin d’une mission : “c’est agréable de travailler avec toi, tu es la première femme avec qui je pars en job et qui ne cherche pas à absolument me démontrer qu’elle est meilleure que moi.”

De Parme, je suis sortie convaincue que je pouvais faire le travail demandé et même bien le faire ; je n’ai donc plus rien à prouver puisque mon juge le plus sévère, moi-même, est content de moi. Alors je me sens bien dans mon travail ainsi que dans mes relations avec mes supérieurs et mes collègues. Je suis foncièrement convaincue de ma légitimité dans cette base, je ne donne à personne l’opportunité de la remettre en question car c’est un fait établi et par définition indiscutable.

J’ai ensuite cherché à développer ma féminité, les témoins de cette époque riraient bien en lisant ces lignes car j’étais encore et toujours dans ma période pantalon et la féminité chez moi ne s’est jamais beaucoup traduite par des tenues frivoles ou sexies..

Mais je portais des dessous en soie sous mes combinaisons de travail et même si j’étais la seule à le savoir, je me sentais bien le soir en me déshabillant.

Et puis, je m’autorisais un peu de charme avec les clients en âge d’être mon père. Une fois qu’on est persuadée d’avoir été acceptée pour ses compétences et que les hommes présents nous regardent comme une collègue égale, alors on peut se permettre ce petit jeu de flirt qui conditionne souvent les relations homme-femme. Et comme toujours, il faut savoir jusqu’où ne pas aller trop loin. Les règles qui régulent ces rapports sont les mêmes que celles de la vie privée. Beaucoup de bon sens, un peu de prudence et bien sur de l’intuition féminine. Et puis marche arrière dès qu’on sent que la situation nous échappe.

Je me suis souvent mise dans des situations indélicates à cause de mon franc parlé et de cette pulsion qui me voit prête à tout risquer pour un bon mot. Ainsi une fois, je discutais avec un responsable Asie et ses subordonnés de l’aménagement des bureaux, je les écoutais m’expliquer que les gens avaient besoin d’un bureau fermé individuel afin de pouvoir penser convenablement. Je n’ai pu m’empêcher de répliquer : “Vous ne m’aviez pas informée des derniers changements en date de l’entreprise. Vous demandez maintenant à vos cadres de penser ? Effectivement, ça change tout”.

Heureusement, le manager avait de l’humour mais ma carrière a régulièrement pâti de ces sorties.

L’âge ne m’apportant pas la sagesse espérée, je me suis résignée à ne pas avoir l’évolution rêvée mais je n’ai jamais accepté de compromettre le plaisir que j’ai à travailler.

Parce que je refuse de me taire, parce que je refuse les compromis et parce que je suis intransigeante, je me retrouve régulièrement dans des situations difficiles. Ainsi j’ai perdu les deux pièces maîtresses du chantier au Nigeria que j’ai du remplacer en catastrophe par des nouveaux à former alors que j’étais moi-même novice.

Je préfère être entourée d’une équipe réduite mais compétente et motivée, souvent composée de personnes difficiles à diriger car la valeur vient souvent avec le caractère et ce type d’employé doit respecter son supérieur hiérarchique pour accepter de donner le meilleur de lui-même.

Quand David et moi avons parlé de faire notre vie ensemble, nous avons comme tout couple qui décide d’un projet commun, discuté de nos priorités. Nous voulions bâtir une famille. Nous avons réfléchi sur la place du travail, de la famille et de l’équilibre à atteindre pour mener une vie dans laquelle nous nous sentons bien. Je refuse de sacrifier mon foyer à mon métier mais je sais aussi que je finirai par reprocher à ma famille de lui sacrifier ma carrière.

Sauf que nous avons deux carrières internationales à gérer en simultané ! Sachant qu’il serait très difficile pour David de travailler en France et que l’option retour à la maison n’est pas envisageable. D’ailleurs où est la maison ? Mais nous abordons là un autre problème, celui des couples de nationalités différentes, compliqué par le fait que les pays se trouvent aux antipodes. Sujet d’un nouveau livre ?

Et maintenant ? Après d’autres péripéties, je suis de retour en France depuis 3 ans. J’ai d’abord rejoins un grand groupe français que j’ai quitté après deux ans pour revenir une fois de plus chez BOITE (ah ! cette relation “Je t’aime, moi non plus”) Pour de bon cette fois ?

Ma vie est à peu près organisée, David travaille en Angleterre et rentre les week-ends, je voyage encore environ une semaine par mois, les filles vont à l’école, nous avons une maison, un jardin mais pas encore de fleurs, une grosse voiture et une petite voiture et nous menons une vie bien réglée à la française.

Si je m’ennuie ? Même pas. Est-ce la maturité ou les priorités qui changent ?

Nous sommes toujours capables de partir à l’autre bout du monde sur un coup de tête pour les vacances et nous continuons à revoir nos copains d’avant, d’avant quand nous n’étions pas pareils. Nous mettons encore moins de cinq minutes chrono pour faire nos valises et sommes toujours inaptes à planifier nos vacances plus de dix jours à l’avance.

Aujourd’hui nous donnons la priorité au bien être et à l’éducation de nos enfants. Nous repartirons certainement. Où ? Aucune idée et surtout aucune importance.

Mais je refuse de continuer une vie exotique pour ne pas avoir à rougir de mon présent. Je suis heureuse dans mon travail et dans ma vie privée, faut-il tout gâcher y compris la stabilité de mes enfants pour vivre au niveau de mon passé ?

Un jour, nous avions décidé de nous lancer dans la culture des fleurs en Nouvelle Zélande. Nous en étions à discuter les différents aspects du problème quand on m’a demandé si je n’avais pas l’impression de gâcher mon diplôme d’ingénieur. Je ne pense pas. Un diplôme ouvre des portes mais se rendre malheureux pour vivre à la hauteur de ses qualifications me semble aberrant.

Aujourd’hui, j’ai des souvenirs pleins la tête, je sais que je pourrai reprendre l’aventure demain, mais je choisis avant tout d’être heureuse et en profite pour me cultiver un peu (les théâtres font cruellement défaut au Nigeria) avant de repartir… Un jour.

 

3 thoughts on “Conclusions, Reflexions

  1. Excellente conclusion pour une histoire passionnante

    J’ai eu de multiples expérience d’intérim en job étudiant, j’étais donc aux premières loges pour observer sans être vue les relations de bureau de ses habitants, l’animosité et la mesquinerie sont les deux attitudes qui m’ont le plus marqué.
    Après une énième “gentille” collègue qui me raconte que machin est en fait en congé tous les 3 jours parce qu’elle est alcoolique, je me décide de m’orienter vers un travail de terrain.

    J’ai trouvé par hasard mon premier “vrai” travail (Installation Industrielle) sans aucune réelle compétence autre que linguistique.
    J’ai rapidement été jetée sur un chantier comme coordinatrice (autant technique que commerciale) et j’ai été chaleureusement épaulée et soutenue par tous mes collègues masculins (installation d’une nouvelle usine où les seules autres femmes présente étaient de ménage).
    Je n’ai pas essayé de les impressionner, je me positionnée comme ce que j’étais, une petite nouvelle qui ne connait rien à leur travail, mais qui cependant le trouve passionnant.

    23 ans à l’époque au milieu d’expatriés de 50, j’étais une extension de leur propre fille qu’ils ne voyaient que rarement et ils prenaient tous grand soin de moi (j’ai de très bon souvenir d’un client qui m’a appris à danser la valse au milieu de l’usine vide, ou de mes batailles de boules de neige pdt le déjeuner avec les équipes de subcon). Ils ont toujours répondu avec patience à mes question techniques qui devaient leur sembler stupide, mais ma bonne humeur et mon enthousiasme suffisait pour les amadouer après une longue journée de labeur.

    Bref juste pour dire que cette histoire m’a beaucoup parlé, même si je n’ai jamais été confrontée à un tel niveau de responsabilité et de crise.

    Bonne continuité et en espérant que ton blog devienne une référence

    Like

  2. Lu aussi en presque une traite.
    Moi qui pensait qu’en étant ingénieur mise en service je vivais l’aventure…. J’ai l’impression d’être un petit joueur maintenant haha

    En tout cas une histoire très intéressante, une vie professionnelle avec plein de rebondissements, quelle aventure!

    On admire la personne et la façon d’écrire qui est très agréable à lire 🙂

    Like

  3. Wow! J’ai tout lu d’une traite, quelle plume ! Comme dirait l’autre, “merci pour ce moment” 🙂
    Au plaisir de vous rencontrer un jour peut-être, au détour d’un couloir de BOITE !

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s